A website from the Massachusetts Historical Society; founded 1791.
close
-
The Adams Papers Digital Edition is undergoing active maintenance while we work on improvements to the system. You may experience slow performance or the inability to access content. We apologize for any inconvenience this may cause. We will endeavor to return to full capabilities as soon as possible.

Browsing: Papers of John Adams, Volume 8


Search for a response to this letter.
{ 328 }

Docno: ADMS-06-08-02-0210

Author: Vergennes, Charles Gravier, Comte de
Recipient: Adams, John
Date: 1780-02-15

From the Comte de Vergennes

Versailles, 15 February 1780. printed: JA, Diary and Autobiography , 4:245
Vergennes stated that he thought it best to await the arrival of Conrad Alexandre Gérard, who presumably would bring a copy of Adams' instructions and additional information on the nature and scope of his mission, before responding to the points raised in Adams' letter of the 12th (calendared above). For the present, however, he advised Adams “to conceal your eventual Character and above all to take the necessary Precautions, that the Object of your Commission remain unknown to the Court of London.” Following this letter in the Autobiography, Adams wrote at length on the impropriety of a foreign minister having access to the confidential instructions of a diplomatic representative of another nation. In fact, Gerard had sent a summary of Adams' instructions to Vergennes on 14 Aug. 1779, the very day of their adoption (same, 4:245–247).

Docno: ADMS-06-08-02-0211-0001

Author: Chavagnes, Bidé de
Recipient: Adams, John
Date: 1780-02-16

From Bidé de Chavagnes

[salute] Mon cher monsieur

Si je nay pas eu l'honneur de vous ecrire depuis mon arrivée a brest, c est que ayant scau [su] a la corogne que votre projet etoit d'aller a madrid, je vous crois tout au plus rendu soit a paris, soit a versailles, mais je prends un interest trop sincere et trop vif a votre santé a celle de vos chers enfants, de messieurs denas et allain pour ne pas vous en demander des nouvelles, en vous reiterant les voeux que je forme pour quelles soint parfaites et quelles nayent point eté derangées par la longueur et duretés de vos voyages, et les sentiments de reconnoissance et D'attachement que vous m'avez inspirés avec tous les habitants de boston. Ma santé ainsi que celles de tous nos messieurs s est toujours assez bien soutenue quoyque pour venir de la corogne icy j aye eté 10 jours avec des vents contraires tres forts et une mer tres dure. La pauvre sensible n'a pas pu absolument se deshabituer de faire de l eau, mais en bien moindre quantité que par le passé. Je viens de les quitter absolument. J ose esperer que le ministre voudra bien m'accorder un mois ou 6 semaines pour me reposer un peu, aller voir madame luy demander raison de touttes les santes qu'on luy a porté, et mettre un peu D'ordre dans mes affaires. Je me suis informe a mon arrivée a brest s il y avoit un agent de l'amerique, on m'a dit que non. Je me suis en consequence adressé a mr. l'intendant, nommé mr. de la porte qui m'a assuré qu en faisant remettre vos malles, et touttes les affaires que j ay a messieurs gerard de malherbes et allain, il vous les feroit parvenir. Je les y ay fait remettre avec touttes les precautions qui ont pu dependre { 329 } de moy, trop heureux d'avoir trouvé et de trouver encor les occasions de vous estre util en quelque chose, ainsi qu'a tous vos compatriottes chez lesquels je desirerois fort pouvoir un jour vous rammener. J ignore ceque l on vat faire de moy cette année mais quelque part ou je sois destiné si je puis le scavoir je me feray un vray plaisir en m'informant de vos nouvelles de vous demander vos ordres et commissions, en vous priant d'estre bien persuadé que rien ne peut egaller les sentiments du sincere et respectueux attachement avec lequel j ay l honneur d estre pour la vie, Mon cher monsieur Votre tres humble et tres obeissant serviteur.
[signed] Bidé de chavagnes
capne des vaux
[du roy] de france
Mille compliments respectueux a messieurs denas et allain. J embrasse les chers enfants.