A website from the Massachusetts Historical Society; founded 1791.
close

Browsing: Papers of John Adams, Volume 11


Search for a response to this letter.
{ 147 }

Docno: ADMS-06-11-02-0099

Author: Adams, John
Recipient: Franklin, Benjamin
Date: 1781-02-15

To Benjamin Franklin

[salute] Sir

This Morning, the House of Botereau & Co. of this City, presented to me, Sixty Six Bills of Exchange drawn by Congress on the 26th. day of October last, in favour of Nathaniel Tracy, of Newbury Port, amounting to the Sum of Ten Thousand Pounds sterling, payable at Ninety days Sight.
I was obliged to ask the favour of the House, to wait untill I could write to your Excellency, to see if you can furnish the Funds to discharge these Bills. Without your Warranty, they must be protested, for I have not yet obtained a Single Ducat, nor any certain assurance of one.
I have at length fixed my Plan, and when it shall be made certain that the War with England is to continue the Prospectus will be published and the Experiment tryed. Some Persons think I shall get some Money. But there is no Certainty of it. If this People should make Peace with England which they will if they can, We shall get no Money at all. I think however that a Peace is impossible and therefore am not without hopes of borrowing Some Money.
I must request the Honour of your Excellencys answer by the Return of Post, because at that Time Mr. Botereau will expect an answer from me.1 With great Respect I have the Honour to be
1. Franklin replied on 22 February. For JA 's acceptance of the bills, see his letter of 10 April to Franklin, both below.

Docno: ADMS-06-11-02-0100-0001

Author: Dumas, Charles William Frederic
Recipient: Adams, John
Date: 1781-02-15

From C. W. F. Dumas

[salute] Honoured & Dear Sir

Sans vouloir rien opposer aux bonnes raisons que vous donnez dans votre faveur du 12e. pour la prompte publication de la Résolution du Congrès, j'aurois voulu au moins avoir pu pourtant la différer d'un ordinaire, pour les raisons que j'ai eu l'honneur de vous dire: et la Copie imprimée que vous avez, eût été un garant suffisant pour la démarche que j'aurois faite, pour vous faire entrer dès à présent en liaison avec un Ministre, et par lui avec sa Cour, avec lequel je crois que votre Commission vous liera tôt ou tard. Quant à présent, il ne se passe rien ici qui mérite votre attention. On attend un Courier vers la fin de ce mois, en réponse à la Réclame que la Rep. a faite par { 148 } Courier le 12e. Janv., des vaisseaux pris, et de l'assistance Stipulée.1 Ce Courier, je pense, apportera des Dépêches preparatoires à la paix ou à la guerre continuée avec l'Angleterre, selon que celle-ci se montrera raisonnable ou rétive.
J'ai un chiffre avec le Committé des affaires étrangeres, depuis le commencement de ma Correspondance avec le Congrès. Si Mr. Lovell S'est servi de celui-là, il me sera aisé de vous déchiffrer la Lettre qu'il vous a écrite, si vous voulez m'envoyer cette Lettre, ou une copie.2
Les affaires des Anglois Sont en mauvais état dans les Indes-or. Hyder-Aly-Can leur a pris Mahé, place qu'ils avoient conquise sur la France; les Marates les ont battus dans l'Arcote. Toutes leurs forces là ne consistent actuellement qu'en trois vaisseaux de Ligne et quelques fregattes. Les François appellés par Hyder-Aly-Can y Sont allés, forts de cinq vaisseaux de Ligne.3
J'espere, Monsieur, que vous avez envoyé ou enverrez encore, duplicat et triplicat de ce que vous avez eu la bonté décrire à mon sujet au Congrès, pour plus grande sureté en cas d'accident.4
Je Suis toujours à vos ordres, soit à Leide, soit ici, Soit à Amsterdam, & avec un très-grand respect Monsieur Votre très-humble & très-obéissant serviteur,
[signed] Dumas