A website from the Massachusetts Historical Society; founded 1791.
close
-
The Adams Papers Digital Edition is undergoing active maintenance while we work on improvements to the system. You may experience slow performance or the inability to access content. We apologize for any inconvenience this may cause. We will endeavor to return to full capabilities as soon as possible.

Browsing: Papers of John Adams, Volume 9


Docno: ADMS-06-09-02-0158

Author: Adams, John
Recipient: Sarsfield, Guy Claude, Comte de
Date: 1780-05-03

To the Comte de Sarsfield

[salute] Sir

I have the Honour of your Billet1 and thank you for the Pains you have taken, to procure me the Remonstrances. I went to the Palais, but was too late. I employed a Bookseller, but without Success. It is astonishing to me, that there should be So total a Suppression of Such a set of finished Models of oratory, and such golden monuments of public Virtue, as I have heard them represented to be. Your Billet { 268 } in English was very well understood, because it was very well written: but, another time, let me beg you to write in french, because I suppose it is more familiar to you to write in that language, and it is quite as easy for me to read. The Gentlemen with me present their respects. I have the Honour to be, with great Esteem, sir your most obedient servant
1. Of 29 April (above).

Docno: ADMS-06-09-02-0159-0001

Author: Chavagnes, Bidé de
Recipient: Adams, John
Date: 1780-05-04

From Bidé de Chavagnes

[salute] Mon cher monsieur

Quoyque depuis bien du temps je n aye pas eu l'honneur ny le plaisir de vous demander des nouvelles de votre santé et de celle de votre chere famille,1 je nay pas moins eté occupé de vous et d'eux, et je ne vous oublieray jamais ainsi que vos compatriottes leurs bontés et amitiés et les votres particulierement pour moy. Et si vous ne jouissez pas dans notre patrie de toutte la santé et le bonheur que vous puissiez desirer, cest que les voeux que je fais en consequence ny peuvent rien. L'interest que je prends a vous et aux votres etant bien vif et bien sincere. Vous avez du avoir bien des affaires depuis votre arrivée a notre cour. Pour moy depuis 2 mois que l'on a bien voulu me laisser passer auprès de madame de chavagnes qui est bien sensible a votre souvenir depuis notre depart de l'orient et qui en consequence vous presente ses compliments. Jay tasché par une vie douce et tranquille de me dedommager des peines de corps et d'esprit de notre traversée humide de boston en europe. Je me las rappelle cependant avec plaisir mayant procuré celuy de vous y avoir ramené et de continuer a notre partie l'avantage d'avoir un negotiateur honneste comme vous lestes. Me voila au moment de retourner a brest. Bien portant mais ne scachant ce a quoy l'on m'employera. Je nay point demandé a monsieur de sartines a commander. 1°. Cest que arrivé aussi tard En france jay imaginé que le ministre devoit estre obsedé de demandes, de commendements, que je les ay trouvés presque tous donnés et quil ne faut pas estre indiscret. 2°. Cest que javois besoin de me reposer 2 ou 3 mois et de reparer un peu ma bourse qui sans estre absolument depourvue a eté cependant un peu maltraitée surtout au ferol. Vous scavez cequi en est. Jay envoyé a mr le docteur francklin une petite caisse. A mr de sartines ceque javois pu sauver des petits canards de boston ainsi que le tableau du general { 269 } ancohk.2 Je nay pas eu connoissance de la reception D'aucuns de ces effets. Jay revu icy avec bien du plaisir monsieur alain chez mr o williams.3 Cen est toujours un pour moy de revoir vos compatriottes et si vous pouviez pour votre compte nous negotier une bonne paix je me croirois bien heureux de vous reconduire a boston dont je cheris bien sincerement tous les habitants et habitantes et avec raison car je me trouvois tres bien et honorablement employé la etant en chef au lieu que actuellement quoyque toujours bien dans tous les genres de service ou je seray. Je ne dateray pas de grandes choses. Avec un peu de patience jauray peutestre quelquechose un jour. Je desirerois de tout mon coeur que mon service put me permettre l'hyver prochain d aller a paris ou jay bien quelques petites affaires. Jy aurois bien du plaisir a vous y revoir et les votres, a vous y demander la continuation de votre amitié et a vous y reiterer de vive voix lassurance des sentiments du plus sincere et respectueux attachement avec lequel jay lhonneur d'estre Mon cher monsieur Votre tres humble et tres obeissant serviteur
[signed] Bidé de chavagnes capne. des vaux du roy
J'embrasse de tout mon coeur les chers jony et carly le petit couppers. Mille compliments et souvenirs a mrs dena et taxter. De vos nouvelles je vous prie, mais a brest je vais partir.
Cite web page as: Founding Families: Digital Editions of the Papers of the Winthrops and the Adamses, ed.C. James Taylor. Boston: Massachusetts Historical Society, 2014.
http://www.masshist.org/apde2/