A website from the Massachusetts Historical Society; founded 1791.
close

Browsing: Papers of John Adams, Volume 10


Docno: ADMS-06-10-02-0019

Author: Cooper, Samuel
Recipient: Adams, John
Date: 1780-07-25

From Samuel Cooper

[salute] My dear Sir

I have but a Moment to write by the Mars, a Vessel belonging to this State, the Voyage having been kept secret upon political Accounts.
I congratulate you on the Arrival of the Fleet from Brest at Newport, commanded by the Chevalier de Ternay, after a Passage of about 10 Weeks: not a single Vessel of the whole Fleet missing.
You will hear before this reaches you of the Loss of Charlestown, in which Genl. Lincoln and his whole Army were made Prisoners of War, and four Continental Frigates taken. The Place it is said was well-defended: but the Enemy having Command of the Sea Coasts, and received repeated Reinforcements from N. York, and the Difficulty we found in sending Aid, occasioned it's Surrender on the 12th of May. I cannot, however, forbear to regret that more was not done, and earlier, for the Preservation of so important a Place.
This Loss, the late Irruption from New York on the Jerseys, and the Arrival of the Marquis Fayette who apprized us of the Armament coming from Brest, have awakened us. We have done not a little to reinforce the Army. This State has voted 5000 men for 6 Months, and 5000 Militia for 3 Months.1 Great Part of this Force has already join'd or is near the Army. Tho the Term is so short in which they are to serve it is at a vast Expence the Men are raised. The People, however bear their Burdens, from an Attachment to our great Cause. I am sorry that after all our Experience we still raise Men for such short Periods—But Sic se Res habent.2
The Descent upon the Jerseys was accompanied with the usual, or even greater Examples of Barbarity and Rage. Springfield was laid in Ashes: many Women abused, and the Wife of a Clergyman who had distinguished himself in the Cause of his Country, cruelly murdered. The Enemy were well opposed, and obliged at last to retire precipi• { 31 } tately by Genl. Green with an handful of Troops and the neighboring Militia. Their Loss in killed and wounded amounts we are told to 900.3
In the Midst of our Joy at the Arrival of the Fleet from France, and of our Exertions for the Campaign we received two days ago an Account that a British Fleet is off Newport, supposed to be Graves join'd with Arbuthnot. They are said to be 16 Sail or upwards; 8 of which are of the Line: The French have but 7 of the Line and few Frigates. We expect a second Division from Brest, and ardently wish for their safe Arrival; For if we have not a naval Superiority on these Coasts, I expect little from this Campaign, and that Britain will hold New York, Charlestown, and other important Ports in Spite of all the Efforts we can make.
This will be delivered to you by my Nephew Mr. Richard Cooper, in the Naval Service of his Country, and a young officer in Capt. Sampson's Ship. I long to hear from you and my dear Boys, and how they improve. Col. Johonnot was in Hopes to have embarqued for France before now, but could not arrange his Affairs for that Purpose early enough. He hopes however soon to find an opportunity of seeing you and his Son. We are both under the greatest obligations to you for your kind Care of our Boy, who I hope behaves well. His Father sent a Remittance to you, he tells me, by the last Opportunity. The Alliance is not yet arrived—nor the Letters and Accounts you mentioned to me; nor have I, or Col. Johonnot received a single Line by the Fleet.4 A few days ago a Pacquet from you was left at my House, directed to Mrs. Adams. I was not in Town, but Mrs. Cooper without the Loss of a Moment, went with it to Braintree, and delivered it to your Lady, who is well, and endures your Absence in the most important Service of your Country, with a noble Fortitude.5
Pray remember me to the Honb. Mr. Dana and all Friends. My most affectionate Regards attend the young Gentlemen your Sons.
With every Sentiment of Respect and Affection, I am Your's in every Sense
[signed] Samuel Cooper
RC (Adams Papers); endorsed: “Dr. Cooper. July 25. ansd Decr. 9. 1780”; by John Thaxter: “Dr. Cooper 25th. July 1780 Recd. 19th. Septr.”
1. For resolves adopted on 5, 22, and 23 June, raising troops for three and six months service, see Mass., Province Laws, 21:519–524, 568–572, 575–577.
2. But such is our destiny.
3. For the British raids on Connecticut Farms (now Union) and Springfield, N.J., on 7 and 23 June respectively, see William Churchill Houston's letter of 11 July, and note 2 (above). Hannah Ogden Caldwell was killed during the attack on Connecticut Farms. She was the wife of Rev. James Caldwell, a noted Presbyterian minister, army chaplain, and patriot (DAB).
{ 32 }
4. In a letter of 28 Feb., JA had informed Cooper that he had written to both him and Johonnot concerning Samuel Cooper Johonnot's expenses since his arrival. Those letters, both dated 23 Feb., were to go on the Alliance (vol. 8:374–375, 355–356). See also Gabriel Johonnot's letter of 8 Sept. (below).
5. The packet delivered by Judith Bulfinch Cooper may have included JA's letters of 28 March and 3 May, which AA mentioned in her letter of 16 July (Adams Family Correspondence, 3:375).

Docno: ADMS-06-10-02-0020-0001-0001-0001

Author: Vergennes, Charles Gravier, Comte de
Recipient: Adams, John
Date: 1780-07-25

From the Comte de Vergennes

J'ai recu, Monsieur, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 17 de ce mois. Je l'ai luë avec la plus sérieuse attention, et pour rendre ma réponse d'autant plus éxacte, je l'ai placée en marge de chacun des articles qui m'a parû mériter des observations de ma part. Vous y verrez, Monsieur, que je persiste à penser que le moment de communiquer au Lord Germaine vos pleinpouvoirs, n'est pas encore venu, et vous y trouverez les motifs sur lesquels je fonde mon opinion. Je ne doute pas que vous n'en sentiez la force, et quelles ne vous déterminent à penser comme moi. Mais dans le cas contraire, je vous invite et même vous requiers au nom du Roi, de communiquer votre lettre et ma réponse aux Etats-Unis et de suspendre, jusqu'à ce que vous ayez reçu des ordres de leur part, toute démarche vis-à-vis du Ministère anglois. Je ferai passer de mon côté mes observations en Amérique, afin que M. de la Luzerne puisse en entretenir les membres du Congrès: J'ose croire que ce Senat jugera le sentiment du Ministère de france digne de quelque attention, et qu'il ne craindra pas de s'égarer et de trahir les intérêts des Etats-Unis en l'adoptant pour régle de sa conduite.1
J'ai l'honneur d'être très sincérement, Monsieur, votre tres humble et très obéissant serviteur,
[signed] De Vergennes

Docno: ADMS-06-10-02-0020-0001-0001-0002

Author: Vergennes, Charles Gravier, Comte de
Recipient: Adams, John
Date: 1780-07-25

Enclosure: The Comte de Vergennes to John Adams

Lettre écrite à M. le Cte. de Vergennes par M. Adams, le 17 Juillet 1780Observations sur la dernière Lettre de M. Adams du 17 Juillet 1780.
1º. I should have been very happy . . . to communicate them. Iº. Les motifs qui ont déterminé le Cte. de Vergennes à donner ce Conseil à M. Adams, sont aussi simples qu'ils paroissent péremptoires: 1º. S'occuper d'un Traité de Commerce avant d'avoir fait la { 33 } paix, c'est s'occuper de l'ornement d'un édifice avant d'en avoir posé les Fondements; 2º. Dans l'état où se trouve encore l'Amérique à l'égard de l'Angleterre, annoncer à cette Puissance que l'on a oublié son Systême d'asservissement, ses cruautés, ses perfidies, c'est lui montrer beaucoup de foiblesse, ou aumoins beaucoup de bonhommie, c'est l'inviter à croire que les Américains ont une prédilection irrésistible pour elle, c'est la fortifier dans l'opinion, où elle est, que les Américains patriotes se soumettront par lassitude ou par la crainte de l'influence prépondérante des Torys; 3º. Proposer un Traité de Commerce qui doit avoir pour baze la confiance et une liaison équivalente à une alliance, tandis que la guerre est dans toute sa fureur, tandis que la cour de Londres veut, ou détruire, ou asservir l'Amérique, n'est ce pas accréditer l'opinion où toute l'Europe a toujours été, daprés les assertions de Ministres anglois, que les Etats Unis inclinent vers une défection, et qu'ils ne seront fidèles à leurs engagemens envers la france, qu'aussi long tems que la Grande Bretagne ne leur fournira pas un prétexte pour les rompre.
2º. Your Excellency will recolect that . . . the Court of London. IIº. On peut être muni éventuellent de pleinpouvoirs sans être obligé de les exhiber avant que les circonstances permettent d'en faire usage: ce cas arrive journellement. M. Adams est chargé de trois commissions très distinctes: 1º. De prendre part aux négociations futures de la paix: 2º. de conclure un Traité de commerce avec la Grande Bretagne; et, 3º. De représenter les Etats-Unis à la cour de Londres. Il ne faut pas grand effort de génie pour démontrer que ces trois objets ne sauroient être cumulés; Il n'en faut pas davantage pour démontrer que les deux derniers ne sauroient servir d'acheminement au premier. Il faudra, avant toutes choses, obtenir de l'Angleterre qu'elle reconnoisse l'Indépendance de l'Amérique, et que cette reconnoissance serve de baze au Traité de paix: ce ne sera qu'après l'avoir obtenue que M. Adams pourra parler d'un Traité de Commerce: En proposer un, tandis que la Cour de Londres se flate encore de soumettre l'Amérique, et qu'elle fait dans cette vuë les efforts les plus extraordinaires, ce seroit, à ses yeux, lui proposer une chymère, ce seroit faire une demarche qu'elle regarderoit comme une dérision. Il en seroit de même si on lui parloit dans le moment présent d'un Ministre Plénipotentiaire des Etats-Unis destiné à résider près sa Majesté Britannique.
{ 34 }
Ainsi le seul pouvoir dont les circonstances ont pu permettre à M. Adams de faire l'annonce, c'est celui qui l'autorise à prendre part à la négociation de la paix. Ses deux autres n'auront de valeur que lorsque cette paix sera conclue; ainsi il seroit au moins inutile de les produire actuellement, ainsi M. Adams ne s'écarte pas du but et de la nature de ses pouvoirs en les cachant à la cour de Londres. Quoique le Cte. de Vergennes ignore le contenu des instructions de M. Adams,2 il est persuadé qu'elles sont analogues aux réfléxions qui viennent d'être faites et qu'elles ne prescrivent pas plus la communication immédiate des pouvoirs relatifs au Traité de Commerce qu'elles ne lui ordonnent de faire une paix séparée avec la Grande Bretagne: cette opinion est fondée sur celle que le Ministére du Roi a de la Sagacité, de la prudence et de la fidelité du Congrès.
I think also that . . . to resist them, if hostile. IIIº. On vient de l'observer, le Ministére anglois regarderoit cette communication comme une dérision; ainsi c'est vouloir s'aveugler volontairement que de suposer qu'elle l'engagera à entrer dans des pourparlers, qu'elle lui fera dire autre chose que ce que portent les résolutions du Parlement, savoir: qu'Elle écoutera et recevra les américains en grace lorsqu'ils auront reconnu leur ancienne allegeance; or il seroit au moins superflu de s'attirer une pareille réponse, et les Etats-Unis n'en ont pas besoin pour connoitre les sentiments actuels de la Cour de Londres, et encore moins pour se préparer par des conseils et des armées à y resister: Il est étonnant de parler de préparation de conseils et d'armées tandis que la guerre est dans toute sa force, qu'elle dure depuis près de six ans, et que l'Angleterre n'a pas encore fait aux américains la moindre ouverture qui puisse les autoriser à croire qu'elle veut souscrire à leur indépendance.
The english nation . . . sigh for Peace. IVº. Le Ministére anglois ne feroit aucune réponse, ou bien il en feroit une insolente: Dans cette dernier supposition, pourquoi s'exposer gratuitement à une avanie, et se rendre par là la risée de toutes les nations qui n'ont pas encore reconnu l'indépendance des Etats-Unis. Mais il y a lieu de croire que M. Adams demeureroit sans réponse parce que le Ministére Britannique croira { 35 } n'en pas devoir à un homme qui prendra une qualité que la Cour de Londres doit regarder comme un insulte. Il ne faut point perdre de vuë que cette Cour regarde toujours les Américains comme de Sujets rebelles: Comment avec cette opinion le lord Germaine pourroit-il recevoir une lettre de M. Adams, se qualifiant Ministre Plénipotentiaire des Etats-Unis de l'Amérique Septentrionale, comment ce Ministre anglois pourroit-il entendre parler d'un Traité de Commerce, lequel ne peut se faire qu'entre Nations indépendantes?
Ces observations convaincront M. Adams que la france n'a pas besoin de la tentative qu'il propose pour connoitre et apprécier les sentimens et les dispositions de la Cour de Londres, et que nous savons dès-à-présent parfaitement bien à quoi nous devons et pouvour nous attendre de sa part dans la position actuelle des choses.
Idem. Vº. Le silence ou la réponse du Ministére anglois, quelle quelle soit, n'allarmera ni ne soulevera le peuple d'Angleterre. Ce Peuple désire sans doute la paix et un accommodement avec l'Amérique: Mais l'on a entendu encore que quelques particuliers, plustôt par esprit de contradiction que par conviction, parler de l'indépendance: Il ne s'est pas fait au Parlement une seule motion tendante à accorder cette indépendance:3 Le peuple a cependant des amis et des protecteurs dans le Parlement. M. Adams peut juger par là des embarras que la notification de ses pouvoirs donneroit au Ministére.
Another consideration . . . of my powers. VIº. L'Angleterre, comme le reste de l'Europe, est parfaitement éclairée sur la nature des engagements qui subsistent entre la france et les Etats-Unis: Le Roi lui a fait déclarer Ministériellement le 13 Mars 1778, qu'il ne s'étoit fait assurer aucun privilége exclusif par le Traité de Commerce du 6 février de la même année, et Sa Majesté a confirmé cette déclaration dans un écrit publié par ses ordres ainsi le pleinpouvoir de M. Adams n'apprendra rien de nouveau à cet égard, ni à l'Angleterre, ni aux autres Puissances de l'Europe: ainsi la fausse opinion où il croit que la Cour de Londres est à cet égard ne sauroit étre un obstacle à la paix: si cet obstacle pouvoit éxister, le Ministére anglois chercheroit lui même à le lever, s'il étoit déterminé à faire dependre de là la paix.
{ 36 }
There are at present . . . its accomplishment. VIIº. Il est certain que toute la nation angloise, et les Ministres eux-mêmes désirent la paix; mais ou l'a déjà dit, il n'a pas encore été fait une seule motion en faveur de l'Indépendance de l'Amérique; le plenipouvoir de M. Adams ne changera certainement par les dispositions subsistantes à cet égard; par conséquent, la communication, qui en seroit faite, ne faciliteroit, ni n'acceleroit la conclusion de la paix.
At this moment, . . . digest their plans accordingly. VIIIº. Cette réfléxion est très sage: Elle prouve que M. Adams sent lui même quil est des circonstances qui le mettent dans le cas de céler ses plenipouvoirs: Le Ministére du Roi pense que l'on sera dans des circonstances de cette espèce jusqu'au moment où la nation anglaise se montrera disposée à reconnoître l'indépendance des Etats-Unis: Cette reconnoissance ne sera pas facilitée par l'annonce d'un Traité de Commerce, car les anglais sont tres persuadés dés-à-présent qu'ils auront un Traité pareil avec l'Amérique, quand il le jugeront à propos; ils ont d'ailleurs, ainsi que M. Adams le dit lui méme dans sa lettre du 19. février dernier, une entiére connoissance de sa Commission, ainsi la communication de son pleinpouvoir ne leur apprendroit rien de nouveau à cet égard.
Notwithstanding the suppression of . . . to Great-Britain. IXº. On vient de repondre au contenu de cet Article: Il n'est pas un anglois qui ne soit persuadé que les Etats-Unis ne soient disposés à accorder les avantages du Commerce à leur ancienne Métropole: Mais persuader, non seulement à un Anglois, mais aussi à un être pensant, qu'en accordant l'indépendance en échange de ces mêmes avantages, la Cour de Londres feroit une paix honorable et avantageuse, seroit une tâche difficile à remplir: Si tel étoit le véritable sentiment du Peuple anglais, pourquoi donc fourniroit-il depuis six ans, sans murmurer, des subsides ruineux pour soumettre l'amérique?
I am the more confirmed . . . if that was settled. Xº. Ou le Ministére anglois recherche sincérement la paix, ou il ne veut qu'amuser et pénétrer { 37 } l'Espagne. Dans le 1er. cas, il exprimera les conditions auxquelles il désire la traiter; il sera donc obligé de mettre au jour ses vuës et ses demandes concernant l'Amérique: Il n'oubliera certainement rien de ce qu'il croira pouvoir acheminer la paix, et, de'accord sur l'indépendance, son premier soin sera sans doute de demander d'être mis au niveau de la france relativement au commerce.
Si au contraire le Ministére anglais ne veut qu'amuser l'Espagne, pénetrer ses desseins, rallentir ses préparatifs de guerre, M. Adams voudra bien rendre au Ministére de Madrid la justice de croire qu'il a la sagacité nécessaire pour demêler toutes ces vuës, et assés de lumiéres et de prudence pour déterminer la conduite qu'il lui conviendra de tenir.
Idem. XIº. Si M. Adams est aussi sûr que de son éxistence que les Ministres anglois n'ont pas envie de faire la paix à des conditions également convenables à la france et à l'Amérique, à quoi bon leur communiquer à présent un pouvoir dont l'on ne pourra faire usage qu'après la paix? Comment M. Adams peut-il se persuader que la Cour de Londres sera séduite par l'appât d'un Traité de Commerce, tandis qu'Elle manifeste encore une répugnance invincible à reconnoître l'indépendance? Quand Elle voudra la reconnoître cette indépendance, Elle proposera d'Elle même les conditions qu'elle croira devoir y mettre, et M. Adams peut être assuré qu'Elle n'oubliera point le Commerce: Ce sera là le véritable moment de produire ses pleinpouvoirs; Mais en attendant il faut travailler à établir la baze de la négociation, Savoir: L'indépendance de l'amérique; Et l'on ne pourra y réussir qu'en faisant la guerre avec vigueur et avec succés.
Cite web page as: Founding Families: Digital Editions of the Papers of the Winthrops and the Adamses, ed.C. James Taylor. Boston: Massachusetts Historical Society, 2014.
http://www.masshist.org/apde2/