A website from the Massachusetts Historical Society; founded 1791.
close

Browsing: Papers of John Adams, Volume 11


Docno: ADMS-06-11-02-0220

Author: Neufville, Jean de
Recipient: Adams, John
Date: 1781-05-03

From Jean de Neufville

[salute] Honourd Sir

May I begg leave to inform yoúr Excellency of the invitation I have gott on a súdden to vizit Paris for a few days, where I had the honoúr to wait on His Excellency B Franklin, who did me the honoúr to receive and treat me with the utmost politeness. I have mentioned again the Bill which yoúr Excellency had projected that we should Accept, as belonging to the former parcell bútt Mr. Franklin said that he would write to yoúr Excellency on that matter, to Accept likewise this bill; so we doúbt not bútt this will be settled.1
I had also the honoúr to wait on Colonell Laúrens. He was so obliging as to allow me the money we advanced to Comodor Gillon and also the remainder of what the Comodor was in want for the Colonell should write to yoúr Excellency aboút it2 and we doubt not bútt on the Comodores proper application he will be assisted, as well as we, We never could have expected a more gracioús relieve for { 303 } which we certainly acknowledge Yoúr Excellencys favoúrs as we know she had been concernd in the matter, and if I had not determind in the moment I sett oút I would not have failed to ask for Yoúr Excellencys comands. My readiness to be employd in this bússiness for the Comodor brought me a reward not indifferent to my principles to see myself employd in a Comission for some supplys for Congress, Colonel Laúrens favourd my hoúse there with, and having already prepared a great part there off, I múst sett oút again to procúre the remainder, leaving my son at the head of the hoúse; I do not expect I shall be long detaind before I am able to retúrn, and then I shall not faill to pay my personall respects to Yoúr Excellency at the American Hotel in Amsterdam; with my best Wishes and exertions for all what can be noble and [respirat?] liberty I have the honoúr to be with perfect Regard and Esteem, Honoúrd Sir Yoúr Excellencys most obedient and most humble Servant
[signed] John de Neufville
1. See Benjamin Franklin's letter of 21 April and JA's reply of the 27th, both above.
2. See John Laurens' letter of 28 April, above.

Docno: ADMS-06-11-02-0221-0001

Author: Dumas, Charles William Frederic
Recipient: Adams, John
Date: 1781-05-06

From C. W. F. Dumas

[salute] Monsieur

La même personne1 qui m'avoit donné l'avis, que vous m'aviez en partant laissé le maître de suivre,2 me dit hier matin qu'après y avoir bien pensé, il y trouvoit un si grand inconvenient qu'il me le déconseilloit très-sérieusement, comme une démarche incompatible avec le Caractere que vous venez de déployer; en un mot qu'il ne convient pas que vous vous abaissiez à faire parvenir ainsi indirectement la piece en question, qui paroîtroit cependant manifestement venir de votre part. J'ai donc pris, avec son avis et approbation un autre parti, qui remplira également le but de faire connoître à la Nation la parole qu'on lui porte. Des 500 Exemplaires, j'en remettrai 300 au Libraire qui a soin de l'imprimer, avec permission d'en faire son profit, en les envoyant à ses Correspondants dans toutes les Provinces, et les distribuant aussi ici. En même temps j'en ferai parvenir des Copies aux Gazettiers, afin qu'ils puissent en faire usage. Il restera 200 Exemplaires, dont je vous réserva 100, et j'en garderai 100 pour en distribuer à ceux qu'il est à propos qui en aient d'abord. L'Impression sera achevée Mercedi: et j'attends l'honneur de votre prompte réponse, pour savoir si vous approuvez ce parti, que je crois le plus convenable; { 304 } afin de le mettre en exécution sans perte de temps. La même personne m'a dit, que la Délibération dans les provinces sur la note en question ne se fera pas avant 3 ou 4 semaines. Par la même raison susdite, et de l'avis de la même personne, j'ai omis la Commission: mais je la montrerai aux Amis Sûrs. Je suis curieux de savoir ce qui s'est passé entre vous, Monsieur, et la derniere personne que vous avez visitée avant de partir.3 S'il vous arrive de bonnes nouvelles, je me recommande. Permettezmoi de placer ici mes respects pour Mr. Searle, pour Mr. Dana et pour Mr. Gillon. J'aurai l'honneur de répondre à Mr. Dana demain ou après-demain.
Vous pouvez, Monsieur, faire remettre vos Coffres de hardes et Caisses de Livres, à l'adresse de Mrs. Fred. Romberg et fils à Bruxelles, chez Mrs. Hemery freres, rue St. Denys à Paris. Vous avez vu, par la Lettre de Mrs. Romberg, que je vous ai montrée, qu'ils auront soin du reste, c'est-àdire, qu'ils se chargent du transport de vos effets, de Paris à Amsterdam, moyennant £12 de France le Cent pesant. Il sera nécessaire d'écrire en même temps à Mrs. Romberg, pour les avertir, afin qu'ils sachent à qui ils doivent les envoyer à Amsterdam: car ils ignorent que c'est pour vous, et votre adresse au juste.
J'ai l'honneur d'être avec un très grand respect, Monsieur, Votre très-humble & trèsobéissant serviteur
[signed] Dumas
Cite web page as: Founding Families: Digital Editions of the Papers of the Winthrops and the Adamses, ed.C. James Taylor. Boston: Massachusetts Historical Society, 2014.
http://www.masshist.org/apde2/