A website from the Massachusetts Historical Society; founded 1791.
close

Browsing: Papers of John Adams, Volume 11


Docno: ADMS-06-11-02-0052-0001

Author: Chavagnes, Bidé de
Recipient: Adams, John
Date: 1781-01-24

From Bidé de Chavagnes

[salute] Mon cher monsieur

Le capitaine chavagnes est trop flatté de lhonneur de votre connoissance, et vous a voué des sentiments trop sinceres pour ne pas vous reiterer linterest quil prendra toujours a votre santé a celle de vos chers enfents et de monsieur dena, et vous souhaiter tout le bonheur que vous meritez, je desirerois bien après vous avoir vu travailler fructueusement pour votre nation qui ne peut pas estre en meilleures mains pouvoir vous repasser a boston auprés de votre aimable famille, mais jay tout perdu dans monsieur de sartines, et nayant pas lhonneur de connoitre monsieur de castries, je crains de n'estre plus employé que comme simple capitaine en second sur les vaisseaux.1 Cependant mon rang, mes services et un frere tué les armes a la main pourroint me faire esperer de commander un vaisseau du 3e. rang2 ou une fregatte en canons de 18 si lon en construit pour opposer a celles de cette force de nos ennemis communs qui prennent nos fregattes en canons de 12 livres. Aprés avoir eté au ferol un mois ou l'on ma demandé de vos nouvelles, ensuite a cadix d ou jarrive bien fatigué dans l'armée de monsieur le comte d estaing. Bien faché dans pres de 4 mois de mer de navoir pas pus prendre un seul batiment anglois. Je voudrois bien aller voir un moment madame chavagnes et vaquer a mes affaires. Je ne scais pas si je pourray obtenir cela. Je le fais demander a mr. le marquis de castries. Je desirerois bien même pouvoir aller a paris ou je serois bien flatté d'avoir lhonneur de vous voir, mais au service on ne fait pas tout ceque l'on veut. Jay appris avec plaisir a mon arrivé que les hollandois s étoint declarés contre nos ennemis communs cela pourroit vous procurer une paix avantageuse qui vous rendroit a votre chere patrie. Voila les voeux que je fais pour vous, et que vous jouissiez ainsi que vos chers enfents d'une bonne santé. Continuez moy vos souvenirs et amitiés et soyez bien persuadé des sentiments du sincere et respectueux attachement avec lequel jay l'honneur d'estre Mon cher monsieur Votre tres humble et tres obeissant serviteur
[signed] Bidé de chavagnes
capne. des vaux. du roy de france
{ 77 }
Mr. de goesbriant est plus heureux que moy. Il est a boston.3

Docno: ADMS-06-11-02-0052-0002

Author: Chavagnes, Bidé de
Recipient: Adams, John
Date: 1781-01-24

Bidé de Chavagnes to John Adams: A Translation

[salute] My dear sir

Captain Chavagnes is very flattered by the honor of your acquaintance and promises to you the most sincere sentiments in reiterating the interest he has in your health and that of your dear children and Mr. Dana, and wishes you all the happiness you deserve. I would like it very much if, after having seen you work so fruitfully for your country, which could not be in better hands, I could return you to Boston, close to your amiable family. But having lost everything with Mr. Sartine and not having the honor to know Mr. de Castries, I fear being employed only as first lieutenant on the vessels.1 However, my rank, my service, and a brother killed in battle enables me to hope to command a third rate ship of the line2 or a frigate of 18 pounders if they are built to oppose the forces of our common enemies, who took our frigates of 12 pounders. After having been in Ferrol for a month, where I was asked for news about you, I went to Cádiz where, in the Comte d'Estaing's fleet, I arrived very tired and very angry that in nearly four months at sea we did not take a single British ship. I would very much like to see Madame Chavagnes and attend to my affairs. I do not know if I can do this. I will ask the Marquis de Castries. I would like also to go to Paris where I would be honored to see you, but in the service one can not do all that one wants. I learned with pleasure upon my arrival that the Dutch have declared themselves against our common enemies, which could bring an advantageous peace for you to bring back to your dear country. These are the wishes I have for you, and that you and your dear children are enjoying good health. Keep in touch and be well persuaded of the sincere and respectful attachment with which I have the honor to be, my dear sir, your very humble and very obedient servant,
[signed] Bidé de chavagnes
capne. des vaux. du roy de france
Mr. de Goesbriant is happier than I am. He is in Boston.3
RC (Adams Papers); endorsed: “C. Chavagne. recd ansd 24 Jan. 1781.” JA's reply of 24 Jan. has not been found.
1. Gabriel de Sartine's replacement as naval minister by the Marquis de Castries in Oct. 1780 left Chavagnes with no source of patronage (vol. 10:311).
2. This was a ship of the line of 70 to 84 guns.
3. Chevalier de Göesbriand, formerly of La Sensible, was serving as second lieutenant on L'Actionnaire, a 64-gun ship of the line, part of Grasse's fleet in the West Indies (vol. 9:41; Les Combattants français de la guerre américaine, 1778–1783, Paris, 1903; repr., Washington, 1905, p. 204).

Docno: ADMS-06-11-02-0053-0001

Author: Dumas, Charles William Frederic
Recipient: Adams, John
Date: 1781-01-24

From C. W. F. Dumas

[salute] Dear & Honoured Sir

Pour Satisfaire à ma promesse de vous informer de tout ce qui se { 78 } passera d'essentiel, gagner du temps, et m'épargner la peine, souvent presque insupportable, de copier trop de fois les mêmes choses, je prends le parti de vous adresser ouverte ma Lettre au Congrès, afin que vous puissiez la lire, et avoir la bonté de la joindre à la premiere que vous écrirez vous même en Amérique.1 Si cet arrangement à votre approbation, je continuerai de temps en temps d'en user de-même; ce qui me soulagera beaucoup.
J'espere que vous jouissez d'une parfaite santé, et me recommande pour de bonnes nouvelles, quand vous en aurez. Je regrette tous les jours de ne pouvoir jouir de la douceur de votre estimable Compagnie et entretien, on your fireside.
J'ai oui dire, que le Courier arrivé le 21 avec le Traité, a risqué d'être arrêté en passant par un endroit du pays d'Hanovre, et qu'il ne s'est tiré d'affaires qu'en jargonnant quelques mots Russes, qui le firent prendre pour Russe.2
J'ai l'honneur d'être avec grand respect & un attachement inviolable, Monsieur Votre très-humble & très-obéissant serviteur
[signed] Dumas
Cite web page as: Founding Families: Digital Editions of the Papers of the Winthrops and the Adamses, ed.C. James Taylor. Boston: Massachusetts Historical Society, 2014.
http://www.masshist.org/apde2/